Participer au Dry January : Le défi du mois sans alcool pour 2022

il y a 4 semaines

Slide

L’expérience avait été tentée par plus d’un Français sur 10 en 2021. Ce fut d’un étonnant succès pour une pause d’alcool durant tout le mois de janvier. Les promoteurs décident donc de renouveler l’événement, mais cette fois ci avec plusieurs villes en participation.

Les revers du dry january

La période du dry january consiste à se priver d’alcool du 1er janvier au lever jusqu’à la fin du mois. Ce défi a démarré en 2020 en France sans soutien du gouvernement et fait beaucoup de bien tant à la santé qu’au porte-monnaie. Cette année, il se renouvelle encore avec un collectif d’associations étant engagé pour réduire les effets et dommages de l’alcool sur la société. Les deux premières éditions furent d’un énorme succès et cette année le principe reste inchangé. Par contre, la particularité est l’engagement de plusieurs autres villes dans la campagne.

Les coulisses du communiqué interassociatif

Pour la 3e édition, Les associations d’entraide alcool, les professionnels de la prise en charge des addictions,  décident de se mettre ensemble.  À elles s’ajoutent les sociétés savantes, les associations qui interviennent dans le champ des solidarités et dans la promotion de la santé. Ils se réjouissent donc de l’insertion des 4 nouvelles villes que sont Grenoble, Lyon, Nantes et Toulouse. Ces Villes, pour la première fois décident d’apporter leur soutien à la campagne. Par la même occasion, elles décident de relever le défi de ne pas consommer une goutte d’alcool jusqu’à la fin du mois de janvier. Les maires de ces villes expliquent en adhérant à la campagne qu’il « apparaît de la responsabilité des acteurs publics et des collectivités locales, de s’engager dans ces politiques de santé publique à vos côtés. »

Le dry january devient alors l’occasion parfaite, pour des millions de personnes chaque année. Elle apparait comme la meilleure opportunité pour arrêter avec l’alcool ou encore de faire le point sur sa consommation et de constater les bénéfices de cette pause. Les organisations investies dans cette lutte espèrent ainsi pouvoir convaincre la population de faire une pause dans sa consommation d’alcool d’une part. D’autre part, il serait idéal que chacun fasse un récapitulatif sur sa consommation d’alcool et les effets de celui-ci dans sa vie quotidienne.