actu

240m² de microforêt bientôt implantés dans un quartier Bordelais

Les élus ont présenté ce projet en direct sur la page Facebook du quartier Bordeaux-Sud

Un espace de végétalisation va voir le jour dans le quartier Bordeaux-Sud. En effet, la mairie souhaite implanter une microforêt sur 240 m², dans un but nourricier, de rafraîchissement et de convivialité.

Dès le début de l’année, la mairie va engager les travaux de création d’une microforêt.
Le principe est simple : sur 240 m², le bitume est enlevé pour donner trouver la terre et y planter de l’herbe. Ce mardi, les élus ont présenté ce projet en direct sur la page Facebook du quartier Bordeaux-Sud.

Olivier Cazaux était accompagné de l’adjoint au maire chargé de la nature en ville et des quartiers apaisés, Didier Jeanjean et de techniciens de Bordeaux Métropole. Ils ont discuté en direct hier du projet de réalisation de cette microforêt urbaine (située à l’intersection des rues Billaudel, Fieffé et Françin)

Réunion d’information sur l’aménagement d’un îlot de fraîcheur sur la placette rue Fieffé 👉🏻 https://bit.ly/36MZMVu

A travers ce direct, ils ont expliqué les grands principes qui régissent une microforêt. Qu’en outre, les végétaux sont divers ce qui garantit un système pérenne.
Les techniciens ont précisé : « qu’il faudra renforcer la palette végétale existante par un choix d’essences qui ne sera pas basé sur l’aspect esthétique mais destiné à créer un écosystème ».

Nourricière et rafraîchissante, la microfôret doit combiner ces différentes fonctionnalités. De plus, cette expérimentation. De plus cette expérimentation permettra d’associer les habitants au projet.

L’agroforesterie

La végétalisation a plusieurs vertus. Elle permet de diminuer la pollution, la pollution sonore et le rafraîchissement de l’espace. « Dès 100m² de parc, ont affirmé les techniciens municipaux, la température baisse de 1° dans un rayon de 100 mètres. » 

La microforêt s’étalera donc sur 240m². Les travaux débuteront début 2021 à Bordeaux Sud et devraient durer aux alentours d’un mois.

Enfin, ce n’est pas le seul projet d’évolution à l’étude. Élus et techniciens se concentrent et réfléchissent à travailler selon les principes de l’agroforesterie. D’autres méthodes sont étudiées, telle que la méthode japonaise.
La méthode japonaise consiste à reconstituer du bois avec ses différentes strates pour faire baisser le risque de maladies végétales, rebooster la pousse et diminuer le coût d’implantation.

Tags

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer